Accès adhérents, infos, la vie du groupe

Entrer le mot de passe pour accéder
à l'espace adhérents de la LRDC.

























Billet d’humeur

Nous sommes en 2014, notre club a 7 ans, l'âge de raison ! Sans doute mais surtout LRDC Courir est devenu un club reconnu qui attire toujours de nouveaux adhérents.
Quel est son secret ?
Ce questionnement me fait penser à un petit village gaulois qui était convoité mais qui est resté lui-même.
Nous aussi, nous avons nos irréductibles qui oeuvrent au quotidien pour le bien-être de tous :

- ACCAMBRIX, à qui les missions périlleuses sont confiées. Il tire sa force des membres qui l'entourent, de son humanité et peut-être aussi de la potion magique. Il n'a jamais peur que le ciel lui tombe sur la tête. Ma foi, il a de qui tenir : un ancêtre respecté.
- MARTINOTIX, le barde du Club. Ses talents d'orateur sont indéniables et il est toujours prêt à pousser la chansonnette. Le baillon est-il à envisager ?
- TAPPONIX, la potion magique, est-il tombé dedans quand il était petit car il est toujours prêt à relever tous les défis, même faire un binôme avec le barde pour notre course annuelle !
- DALLEMAGNIX, notre druide vénérable qui n'oublie jamais d'apporter la fameuse potion qui donne sa force au Comité lors de ses longues séances de travail (ah la cervoise) mais pour lui un ceterse est un ceterse.... la trésorerie du club, c'est son rayon.
- BESSONIX, ce guerrier invincible n'a peur de rien, même pas de rencontrer un sanglier ou un romain lors de ses marquages en forêt. Il tire sa force de sa falbala qui n'est jamais très loin.
- CORNACHONIX, notre course annuelle serait bien triste sans la potion magique dont il détient le secret et qui porte le nom de reblochon, par toutatix.

Mais bien évidemment, ces irréductibles ne seraient rien sans les falbala et bonnemine qui les entourent, garantes de la convivialité de notre club et qui sont devenues maintenant d'irréductibles gauloises dont le club ne saurait se passer.
Que ceux qui nous soutiennent participent au banquet annuel où la cervoise coulera à flot !!!



Catherine Maucler.

Haut de page